Monthly Archives: novembre 2018

Pablo Servigne rencontre Rufin…

Pablo est partout, ses bouquins  ont même leur pub dans le métro,

Sur Fesse Bouc certains commentaires sont un peu rudes:

Pablo le futur gourou  prochainement sur France 2 chez ruquier avec les salamé,l’Antoine Griezmann de la collapse, bientôt il fera la pub pour gilette.
Le mec est bien malin mais flippant a plusieurs égards. car ça se voit il aime sa propre image et lui donner plus de pouvoir est à mon avis une erreur on ferait mieux de mettre r. stevens sur le devant de la scène momentanément. et puis bien d’autres.
D’ailleurs on oublie sans cesse de rappeler ses co-auteurs à chaque fois que c’est possible
Et lui ne fait pas bcp l’effort de rectifier ça ça devrait suffire à éveiller la méfiance.
par ailleurs je vois pas en quoi il y a à se réjouir que la pub envahisse le métro ! la pub sert juste pour faire augmenter les flux financiers de votre poche vers celle des ultra riches qui possèdent les maisons d’édition.

Auquel il réponds un peu plus bas

« Vous racontez n’importe quoi les gars, faut se calmer. Je suis bien au courant de comment fonctionnent les médias, ils ont besoin de personnifier une idée, et c’est bien relou. Je dépense beaucoup d’énergie à faire en sorte de mettre en valeur tout le réseau qui émerge autour de l’effondrement. Ce qui compte ce sont les idées qui doivent se diffuser. Quant au succès, il y a un risque de récupération, c’est sûr, mais je compte sur le réseau pour rester vigilant. Et je ne fais absolument pas ça pour mon égo. Je me passerai bien de tous ces problèmes ! »

 

Est-ce qu’on peut maîtriser  à long terme son égo exposé qu’il est aux médias…

Reste que l’échange avec Rufin est très intéressant… Déjà Rufin a lu les 3 bouquins cet été…

Faudrait pouvoir faire un sondage sur le nombre de bouquins lus par chaque député …?

Ensuite les deux ziques cherchent plus à échanger qu’à se persuader l’un l’autre…

En fait Rufin fait son boulot à la fois de journaliste et de militant…

Je pige pas bien comment Rufin arrive à côtoyer Méluche et son clan, mais c’est pas le sujet..

 

 

 

Le minotaure a-t-il tort ?

  Il s’est fait qu’on s’est rendu à Toulouse et qu’il y avait le Minotaure et son entourage… l’araignée etc….

Il y avait quelque chose de presque magique… Ces personnages de dizaines de mètres de haut qui se meuvent lentement se baladant dans les rues… Crachant de la vapeur par les narines, faisant des bruits étranges, baignés dans des flots de musique en live mais souvent à distance.. Les musiciens pouvant de trouver à des centaines de mètres.. Voir cette foule immense, plusieurs dizaines de milliers de personnes, accompagner ces machines avec des regards d’enfants éblouis… Et sans jamais aucune bousculade… Dans une ville sans bagnole…. Non vraiment c’était bien…

Mais on va pas non plus en rester ,là hein…?

Car dans cette ville on peut tomber sur un sdf pour parler vite , tous les 20 mètres, faisant la manche ou trop déglingue pour faire quoique ce soit, et restants planté là, hagard…

Il se fait qu’à Toulouse 135 personnes dont 75 enfants occupent le gymnase Saint Sernin faute de logement et sont menacés chaque jour  de se faire foutre à la rue…

On pourrait faire une liste.. Entre les violences policières et autres joyeusetés…

 

Or j’apprends que juste le minotaure a couté 2,5 Millions d’Euros, et que les 4 jours ont coûté à la ville 2.1 M d’Euros…

 

A un moment je me demande où commence l’indécence . A partir de quel moment faire la fête à coup de Millions d’Euros deviendra une obscénité au regard  de ce qui se passe dans ces mêmes rues….

 

Quand la chaussée sera jonchée de gens entre la vie et la mort, à partir de combien de corps inanimés on se dira… là il y a un soucis quand même…?

 

Reste que  Reste que c’était super…!

Tiens: Je me suis demandé si je ne suis pas condamné à l’ambivalence… Trouvé cette définition: « L’ambivalence est l’action d’osciller entre deux ou plusieurs choix. Être ambivalent, c’est hésiter entre deux ou plusieurs choix. Par extension, il arrive qu’on qualifie quelqu’un d’ambivalent parce qu’il a généralement de la difficulté à choisir.  »